événements

Tous les mois, des soirées spéciales et des avant-premières en présence de réalisateurs, acteurs et personnalités du cinéma.

Cliquer sur les dates pour acheter des billets en ligne.
Toutes les informations sur live.cinematheque.ch


genesis20

Avant-première: Genesis 2.0

Mardi 6 novembre à 20h30

v.o. s-t fr.
Suisse, 2018 - durée: 1h53'
âge légal: 16 - âge suggéré: 16

Prix plein:     15.-
Prix réduit*:   12.-

 

Documentaire de Christian Frei et Maxim Arbugaev

En présence de Christian Frei et Gisou van der Goot, doyenne de la Faculté des sciences de la vie à l’EPFL

Sur les lointaines îles de Nouvelle-Sibérie, des chasseurs prospectent, à la recherche de défenses de mammouths. Il y règne une atmosphère de chercheurs d’or. Un jour, ils découvrent la carcasse d’un mammouth étonnamment bien conservée. Parallèlement à ces péripéties, le film brosse le portrait de chercheurs en clonage américains, chinois et sud-coréens. «A l’aube d’une révolution scientifique sans précédent qui verra l’homme prendre le contrôle de la vie, Christian Frei et Maxim Arbugaev signent un film captivant, réflexion sur la nature humaine et son irrépressible besoin d’aventures et de découvertes, sans jamais perdre de vue l’arrière-plan sur lequel elles se déroulent, entre triomphe du capitalisme, destruction de la planète et possibilité d’un futur totalitaire» (Céline Guénot, Visions du Réel).


greve

Commémoration de la grève générale de 1918

Jeudi 8 novembre à 19h et 20h30

en français / v.o. s-t fr.
Suisse, 1972/2017 - durée: 35' et 1h16'
âge légal: - âge suggéré:

Prix plein:     15.-
Prix réduit*:   12.-

 

Alors que s’achevait le premier conflit mondial, la Suisse vivait un événement politique majeur de son histoire: grève générale entre les 12 et 14 novembre 1918. Afin de mieux comprendre ce moment historique dont on célèbre cette année le centenaire et débattre de l’actualité sociale et politique de la grève, la Ville de Lausanne et la Cinémathèque suisse proposent deux documentaires: l’un de Jacqueline Veuve, réalisé en 1972, qui permet à la fois d’entendre des acteurs du conflit de 1918 et de tirer parti des études qui, à partir de 1968, brisèrent la lecture unilatérale de la grève générale produite par les représentants de la bourgeoisie. Le second, réalisé par Véronique Rotelli, revient sur un cas de grève plus récent.

Tarif unique pour les deux séances : 15.– (tarif réduit : 12.–)

A 19h: La Grève générale de 1918
Suisse · 1972 · 35′
Documentaire de Jacqueline Veuve

Projection suivie d’un apéritif
Ce film de Jacqueline Veuve de 35 minutes était destiné aux écoles au début des années 1970. Il vise à cerner un fait d’histoire suisse: la grève générale de 1918 et ses mythes. La cinéaste a travaillé pour cela avec un conseiller pédagogique, Philippe Schwed, et a eu recours à de nombreux extraits d’archives privées et publiques, de collections ou de travaux historiques parus à partir de 1968. Ce documentaire est également enrichi par les témoignages de personnes ayant été témoins de la grève ou ayant raconté son histoire. Au fil des documents et des prises de parole, Jacqueline Veuve parvient à montrer à quel point la grève générale n’était pas une tentative révolutionnaire de renverser le gouvernement, mais la suite d’une situation socioéconomique qui s’était aggravée pendant les années de guerre.

A 20h30: Un mois de grève au pays de la paix du travail
Suisse · 2017 · 76′ · v.o. s-t fr.
Documentaire de Véronique Rotelli

En présence de Véronique Rotelli
En août 1976, en Suisse romande, le personnel de l’entreprise Dubied, constructeur de machines à tricoter, se met en grève suite à la suppression du treizième salaire qui succédait alors à d’autres mesures restrictives. Ce sera l’une des plus grandes grèves en Suisse depuis 1937. Un jeune cinéaste, Frédéric Godet, propose de s’immerger dans ces événements et réalise Eléments de grève (1977). En 2016, Véronique Rotelli décide de confronter ce documentaire aux protagonistes de l’époque. Ils sont une vingtaine à apporter leur témoignage, certains se retrouvant après quarante ans : anciens grévistes, non-gréviste, homme politique, historien, romancier et cinéaste. Les images du passé saisies sur le vif font resurgir des souvenirs porteurs d’émotions et révèlent une mémoire qui s’inscrit aujourd’hui dans le présent.


godard

Histoire(s) du cinéma – Moments choisis

Mardi 13 novembre à 20h30

En français
Suisse, France, 2004 - durée: 1h24'
âge légal: 12 - âge suggéré: 16

Prix plein:     15.-
Prix réduit*:   10.-

 

De Jean-Luc Godard

Des nombreuses heures que durent les Histoire(s) du cinéma de Jean-Luc Godard est né, en 2004, un montage inédit de 84 minutes. Intitulé Histoire(s) du cinéma – Moments choisis, ce film fait surgir – à travers des rapprochements, surimpressions, collages et en y mêlant films, tableaux, photos, textes, musiques, voix, événements historiques –, des splendeurs d’un art que Godard juge perdu. Une œuvre très peu vue en salles et inédite dans notre pays que Jean-Luc Godard a tenu à projeter en ouverture de ce cycle, dans sa version 35mm au Capitole.

De 1988 à 1998, Jean-Luc Godard réalise Histoire(s) du cinéma, œuvre-fleuve de presque cinq heures, en huit épisodes, tournée en vidéo et destinée à la télévision. En 2004, il remonte le matériel existant et, en 35 mm, réalise un film d’une durée standard, sorte de synthèse ou de conclusion des Histoire(s). Une façon d’être encore plus percutant sur les rapports, terribles et coupables, que les images entretiennent avec le XXe siècle. «Ce film apparaît comme un essai poétique, un traité sur l’art, une réflexion philosophique dont l’enjeu est de définir ce qu’est le cinéma: un art capable de faire mieux comprendre le monde (…). Dotée d’une énorme charge émotionnelle, cette oraison romantique et mélancolique honore un art assassiné dès l’enfance» (Jean-Luc Douin, Le Monde, 2004).


katiaetlecrocodile

Katia et le Crocodile

Mercredi 21 novembre à 15h

version française
Tchécoslovaquie, 1966 - durée: 1h07'
âge légal: 6 - âge suggéré: 8

Prix plein:     10.- (adultes et enfants)
Prix réduit*:   5.- dès le deuxième enfant

mercredi 21 / 15:00

 

De Vera Simková
Avec Yvetta Hollanerova, Minka Mala, Thomas Barboka

Pour célébrer l’ouverture de sa 4e édition, le Festival Cinéma Jeune Public, s’associe à la Cinémathèque suisse pour la projection de Katia et le Crocodile de Věra Šimková et Jan Kučera (1966) le mercredi 21 novembre à 15h au Capitole. La séance sera suivie d’un goûter offert par le Festival.

Version française. Séance suivie d’un goûter.
Une petite fille se voit confier la ménagerie de l’école primaire: deux lapins, un petit singe, un étourneau, des souris blanches, une tortue et un bébé crocodile. Mais ceux-ci s’échappent et une délirante poursuite s’engage à travers les rues de la ville… Une façon exemplaire d’aborder le monde de l’enfance sans mièvrerie ni effets faciles. Le film, se déroulant sur un rythme effréné, est à la fois teinté de poésie et d’un humour burlesque où chaque enfant, selon son tempérament, engendre des rencontres cocasses, des gags insolites et des situations imprévues et pourtant prévisibles. Insolence du propos, satire des personnes trop sérieuses et des institutions: c’est aussi quelques signes avant-coureurs du Printemps de Prague qui soufflent dans ce film pour enfants.


latalante

L’Atalante

Mardi 27 novembre à 20h30

en français
France, 1934 - durée: 1h29'
âge légal: 12 - âge suggéré: 12

Prix plein:     15.-
Prix réduit*:   10.-

mardi 27 / 20:30

 

De Jean Vigo
Avec Michel Simon, Jean Dasté, Dita Parlo

Poète du cinéma, vif et insoumis, Jean Vigo est l’auteur d’une œuvre puissante, qui a pour ambition de «dessiller les yeux» du spectateur et qu’il réalisa sur cinq ans à l’issue desquels il devait disparaître, à l’âge de 29 ans. A l’occasion de la restauration de l’intégrale de ses films et de la publication d’un exceptionnel coffret Blu-ray, la Cinémathèque suisse propose de revoir l’ensemble de sa filmographie dont L’Atalante, son seul véritable long métrage, projeté au Capitole.

Copie restaurée numérique. Présenté par Bernard Eisenschitz.
Un petit équipage mène une vie paisible à bord d’une péniche à moteur, L’Atalante. Mais la jeune femme du marinier Jean souffre de la monotonie de cette existence et se laisse séduire par les tentations de la ville… Chef-d’œuvre fiévreux et tourmenté, poème d’amour fou à l’intrigue déchirante, féerie truculente sur la vérité des êtres, L’Atalante est tout cela à la fois, mais aussi l’unique long métrage de Jean Vigo, qui mourut après le tournage. «Une création comme celle-ci échappe aux règles de grammaire, aux critères esthétiques traditionnels, à la dramaturgie stéréotypée (…). Ici, nous pénétrons au cœur d’une réalité qui est celle de paysages, de canaux, de chalands, du petit peuple de la navigation fluviale et, en même temps, nous voyageons dans un rêve» (Freddy Buache).


ilgattopardo

Il Gattopardo

Dimanche 9 décembre à 17h

v.o. s-t fr.
France, Italie, 1963 - durée: 3h06'
âge légal: 12 - âge suggéré: 12

Prix plein:     15.-
Prix réduit*:   10.-

dimanche 9 / 17:00

 

De Luchino Visconti
Avec Burt Lancaster, Alain Delon, Claudia Cardinale

Point culminant de la rétrospective Luchino Visconti à la Cinémathèque suisse, Il Gattopardo est projeté le dimanche 9 décembre à 17h au Capitole dans une magnifique version restaurée et numérisée par le laboratoire L’Immagine Ritrovata. Cette adaptation de l’unique roman de l’aristocrate Giuseppe Tomasi di Lampedusa a obtenu la Palme d’or à Cannes en 1963 des mains de Jeanne Moreau. Film à la fois sublime et fort de lucidité sur un monde condamné, Il Gattopardo bénéficie d’une distribution épatante avec dans les rôles principaux Alain Delon, Claudia Cardinale et l’acteur américain Burt Lancaster.

Copie restaurée numérique
Alors que les Chemises rouges débarquent en Sicile, Tancredi, le neveu du prince Salina, se rallie à Garibaldi. Au début de l’été, il rejoint sa famille à Donnafugata et tombe amoureux de la fille du maire… Somptueuse fresque historico-politique dans l’Italie du XIXe siècle, ce chef-d’œuvre de Luchino Visconti dépeint la fin d’une époque et l’aube d’un monde nouveau. Une métaphore qui prend vie lors de la célèbre scène finale du bal: «Le jeune aristocrate, naguère révolutionnaire, se rallie à la richesse et à la prudence des nouveaux bourgeois. Le vieil aristocrate sait qu’il ne lui reste qu’à retourner à sa solitude (…). Tous les personnages sont alors parfaitement lucides quant à la phase historique qu’ils incarnent, phase de transition où fusionnent les classes» (Gérard Lenne, Dictionnaire mondial des films).


*Prix réduit: Étudiant, AVS/AI, chômage, CarteCulture